REGISTER NOW

MIAMI WORLD STRATEGIC FORUM

APRIL 6-7, 2020

Mot du Président-fondateur

Nicholas Rémillard

Président et chef de la direction,

Forum économique international des Amériques

Nous pouvons déjà dire, en ce début d’année, que 2020 sera, pour l’ensemble de l’humanité, une année déterminante dans cette transition historique dans laquelle notre planète est engagée. Les grands changements auxquels nous sommes confrontés doivent tout d’abord être bien compris. C’est là notre premier grand défi et ce n’est pas une mince tâche!  Nous nous devons de favoriser une discussion internationale ouverte, d’aller au-delà des intérêts particuliers et des influences dogmatiques. Voilà l’objectif premier du Forum économique international des Amériques (FEIA).

Il est fort compréhensible que l’incertitude et l’insécurité qui se dégagent d’une transition aussi significative, et ce, pour l’ensemble de la planète, aient des conséquences socio-politiques et économiques difficiles, voire dangereuses dans plusieurs régions du monde. C’est pourquoi le temps presse.

Nous devons suivre de près l’évolution de ces situations, qui dans plusieurs régions du monde, pourraient enclencher de sérieux conflits internationaux ou nous engager dans une autre récession plus significative que celle de 2008.

C’est ainsi que nous vivons dans un monde plus multipolaire que jamais, avec un retour inquiétant du protectionnisme, du populisme et de la xénophobie. Pendant ce temps, l’Australie et l’Amazonie flambent en nous rappelant que l’année 2019 a été la plus chaude depuis qu’on enregistre les températures, mettant en péril la vie de millions d’humains directement ou par ses conséquences sur leur milieu et leur santé en favorisant le développement de maladies dont des épidémies tel le Coronavirus qui s’est étendu mondialement.

Cependant, il faut aussi comprendre qu’apparait un peu partout dans le monde, les tout débuts d’une nouvelle conscience sociale, fondement potentiel d’un nouvel humanisme. Bien qu’encore modeste, nous la voyons se mettre en place surtout sous l’influence de la révolution des communications et de l’impact des médias sociaux. Ainsi voit-on des citoyens descendre dans la rue dans toutes les régions du monde obligeant de plus en plus les gouvernements à tenir compte de leurs revendications.

Les résultats ne sont pas toujours, du moins pour le moment, significatifs d’améliorations socio-politiques et économiques. Mais ce mouvement citoyen n’en est qu’à ses débuts. Plus les habitants de cette planète sont directement informés, plus ils sont enclins à communiquer entre eux peu importe où ils vivent. Ils développent par le fait même, et ce malgré les « fake news », une connaissance des conditions de vie des uns et des autres.

Ainsi, graduellement, le monde devient un « Village global » grâce à une communication accrue, comme le préconisait dans les années ’60 le philosophe canadien Marshall McLuhan. Il faut comprendre qu’il s’agit là du premier outil pour mettre en place tant une économie mondiale plus équitable et inclusive qu’une solidarité internationale nécessaire pour combattre les changements climatiques qui nous affectent tous dangereusement.

Plus les citoyens des différents quartiers de ce « Village global » s’expriment, plus apparaissent ces différents mouvements de fond qui s’entrecroisent et s’entrechoquent, significatifs de cette grande transition universelle qui nous oblige à travailler tous ensemble. D’où cette obligation de plus en plus pressante de repenser nos organismes internationaux multilatéraux afin de soutenir adéquatement ce mouvement vers un nouvel humanisme. Ces organismes sont des piliers de notre existence et de notre développement à chaque pallier. Certains ont été créés il y a plus de 75 ans, à la suite de la conférence de Bretton Woods et au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, d’où l’importance d’apporter un nouveau regard sur leur mission, leur moyen d’action et leur composition.

C’est ainsi que le comité aviseur de l’Institut international de diplomatie économique auquel est affilié, comme organisme fondateur, le Forum économique international des Amériques, lancera le plan de son étude sur le multilatéralisme lors du World Strategic Forum de Miami que nous organisons pour la 10e année les 6 et 7 avril prochain.

Nous n’avons pas le choix, et le moment est propice pour débuter le plus tôt possible une réflexion sur cette fondamentale réforme dans laquelle nous devons nous engager.

Le Brexit est enfin terminé et nous savons que la guerre commerciale États-Unis – Chine semble vouloir se conclure positivement étape par étape, face d’une part aux dangers d’un sérieux ralentissement économique en Chine amplifié par les conséquences du Coronavirus, et d’autre part aux pressions de la prochaine élection américaine présidentielle de novembre, sans parler de la menace de destitution du président américain. De plus, les Américains et les Européens devraient signer cette année un important premier accord commercial alors que le nouvel accord de l’ALENA entre les États-Unis, le Mexique et le Canada, et l’entente Canada-Europe devraient se mettre en place. Ces accords ont lieu au moment-même où la dette publique de certains grands États dépasse le seuil symbolique des 100% de leur PIB et que l’endettement des ménages et celui des entreprises deviennent inquiétants dans le contexte d’une économie mondiale qui subit une nouvelle baisse.

Par conséquent, il est grand temps de passer à l’action. Cette année 2020 devrait marquer, d’une façon significative, les débuts de cette grande réflexion qui se doit d’être à la fois visionnaire et pragmatique, impliquer les secteurs public et privé ainsi que la société civile. Nous devons nous assurer que nous avons une bonne compréhension de ces grands défis auxquels nous sommes confrontés sous l’influence de 4 grandes révolutions : celle du numérique de même que celles de l’énergie et des communications; elles nourrissent ensemble une 4e Révolution industrielle particulièrement lourde de conséquences pour tous les secteurs d’activité et remet en cause en cause la mondialisation à bien des égards.

Un défi de taille certes, mais qui est le fondement même de l’évolution de notre vie sur cette planète dans la perspective de notre obligation urgente d’agir face aux changements climatiques.

Voici la toile de fond qui guide Le Forum international des Amériques en 2020 pour la programmation de ses 4 grands Forums économiques :

  • The World Strategic Forum, Miami

Les 6 et 7 avril 2020

CONNECTING FOR GLOBAL PROSPERITY

  • La Conférence de Montréal

Du 8 au 11 juin 2020

A NEW GLOBAL ECONOMY, BRIDGING A DISCONNECTED WORLD

  • The Toronto Global Forum

Du 26 au 28 octobre 2020

FORGING A RESILIENT ECONOMY

  • La Conférence de Paris

Les 9 et 10 novembre 2020

TOWARDS AN INCLUSIVE GLOBALIZATION

Merci à nos partenaires qui depuis 26 ans nous permettent de faire du Forum économique international des Amériques l’un des plus importants forums économiques indépendants dans le monde, et accueille chaque année quelque 10000 participants dans ses différents événements. Rappelons que ce dernier a comme objectif premier de favoriser l’information et les échanges afin de mettre en place une nouvelle mondialisation plus équitable et plus inclusive et de développer ce nouvel humanisme dont nous avons tant besoin.

Au plaisir de vous y accueillir.